Marie-Laure Morel<br />Psychothérapie - Hypnothérapie - Le Mans (72) - Image de fond

Chaque jour qui se lève est une nouvelle chance !

Menu

Accueil > Médiathèque > Vidéos

Vidéos





Fanita English
"Thérapeute de renommée internationale, Fanita English est née en Roumanie, a passé son enfance à Istanbul et étudié à Paris, elle s’est ensuite installée comme psychanalyste puis comme psychothérapeute aux Etats-Unis. Formée par Eric Berne à l’analyse transactionnelle, elle fut également l’élève de David Kupfer et de Fritz Perls. Elle fonda en 1970 à Philadelphie le Eastern Institute of Transactional Analysis and Gestalt et a enseigné dans de nombreux pays. Elle vit actuellement en Californie."


Mary Goulding
Mary Goulding, née en 1925, psychothérapeute américaine, est décédée le 7 décembre dernier. Grand nom de l’AT, Prix Eric Berne 1975, Mary Goulding a notamment travaillé avec E. Berne. Voici la lettre qu’elle a adressée aux transactionnalistes avant de partir :

"Ce fut le truc le plus dingue ! Samedi 30 novembre, je devais aller aux courses hippiques avec ma belle fille Kathleen Callahan, mais me suis réveillée très fatiguée. Je suis restée à la maison samedi et dimanche. Le lundi j’avais une nouvelle sensation, des difficultés à respirer, ainsi je mis mon jean rose flashy et mon sweatshirt lavande de ma fille Claudia et appelais mon chauffeur de taxi préféré, "Peut-être devrais-je aller à Alta Bates". Il m’a demandé pourquoi et je lui ai répondu que j’avais du mal à respirer. Il me dit "Déverrouillez votre porte d’entrée. Je vous appelle une ambulance." J’ai été admise une seule autre fois pour la naissance de mon fils David, il y a soixante ans. Il s’avère que j’avais une défaillance cardiaque obstructive, un infarctus le samedi, et un autre le lundi. Il semble que les femmes diabétiques sont sujettes à des infarctus "muets". J’ai une pneumonie qui touche les deux poumons, et de l’oedème pulmonaire qui s’aggrave. Longue explication de pourquoi je meurs. Je me sens étrangement calme alors que je décline, malgré les médicaments et mon masque à oxygène porté en permanence. Je connais la douleur à dire au revoir aux vivants. Telle une athée se dirigeant vers le néant, il n’y a pas de douleur. Peu importe quand je serai morte, il restera toujours des endroits à visiter et des beautés devant lesquelles s’enthousiasmer. Je ne peux pas imaginer une vie meilleure que celle que j’ai eue - tant de cette vie stimulée par l’ITAA.

Mille fois merci et beaucoup beaucoup d’amour à vous tous

Mary"